mercredi 20 juin 2012

A vos baguettes !

Petit intermède culinaire. De ce côté-là aussi, la Chine réserve des surprises - au-delà des attendus et savoureux raviolis, des nouilles sautées, et du thé...





La cuisine de rue d'abord, et ses parfums difficiles à identifier.




Quelques fruits étranges...



Des desserts à la pâte de haricot rouge, comme au Japon...



Des plats impossibles à identifier... Toujours une petite aventure, quand on sait que les Chinois n'ont aucun tabou culinaire, et mangent toutes les bêtes possibles (l'âne est ainsi surnommé viande de dragon, car c'est censé être délicieux)... et toutes les parties de ces bêtes en question (cartilages, intestins, pattes, parties génitales, etc). Bon appétit bien sûr !

















Même le canard laqué n'a rien en commun avec le goût des restaurants chinois à l'occidentale. La recette traditionnelle requiert de tuer les bêtes à un âge très précis. Ensuite on perce un petit trou sous l'aile par lequel on insuffle de l'air pour décoller la peau de la chair. Cette opération, combinée à une cuisson savante (au four pour saisir l'extérieur, avec de l'eau bouillante à l'intérieur pour faire mijoter la viande) permet d'obtenir une viande moelleuse et une peau croustillante. Le tout est débité en petites tranches, et toutes les parties sont servies à table. Le mangeur doit alors confectionner ses propres bouchées en farcissant de petites crêpes avec du canard mêlé à de petites crudités finement découpées.



























Un jour où j'étais un peu lassée d'aventures gustatives et où j'avais envie d'un plat tout simple et roboratif, je me réjouis de voir sur un menu une bonne vieille "chicken soup"... jusqu'à ce qu'on me serve... ça.




Un poulet entier (vraiment entier), dans un saladier rempli d'eau. Miam.


L'un de mes meilleurs souvenir, c'est ce petit restaurant de Pingyao, où un incroyable jus de pomme tout fraîchement pressé a étanché ma soif insatiable en ce jour de canicule... et où d'étonnantes pâtes de blé complet en forme de nid d'abeille relevées d'une petite sauce m'ont permis de découvrir une spécialité très locale. Simple, réconfortant, et exotique. Que demander de plus...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire